Étiquettes

, , , , , , , , , ,

  

La journée a été dense gemmologiquement et humainement parlant comme souvent ici.  

Nous sommes à Chantaburi à 250 kms au sud-est de Bangkok proche de la frontière du Cambodge. 

La ville de Chantaburi est célèbre pour la place qu’elle occupe dans l’industrie des gemmes.

Les mines de saphirs et de rubis de la région ont été découvertes au 19 ème et exploitées jusqu’aux années 90, la plupart sont maintenant taries mais contrairement aux idées reçues un certain nombre sont encore en activités.

Nous sommes partis à la recherche de celles de la région de Khao Ploy Waen, à quelques kilomètres au sud-ouest de Chantaburi.

Depuis quelques années et l’avènement du smart phone notre vie sur le terrain est considérablement simplifiée, là où nous aurions mis peut être plusieurs jours à trouver une mine, grâce au GPS, à Google traduction, et un peu de chance nous en trouvons une après une petite heure de route.

Le propriétaire de la mine ne semble pas plus étonné que ça de voir deux farangs (étrangers en Thai) juchés sur un scooter dans la jungle à la recherche de mine !

Lui et sa femme nous montre joyeusement des pierres, le fonctionnement des machines, je regrette de ne pas avoir pris  mon Polaroïd pour pouvoir leur laisser des photos. 

  
La barrière de la langue est beaucoup plus présente qu’à Bangkok, grâce à Google traduction nous pouvons faire passer des messages simples quand les mains et le mime ont échoués, c’est malgré tout très frustrant. 

Comme à chaque voyage ici je renouvelle la promesse faite à moi-même de m’inscrire à des cours de Thaïlandais à notre retour en France.
 

L’eau est pompée dans un bassin

  

La terre est projetée dans un tamis à l’aide d’un puissant jet d’eau
 
Les materiaux les plus denses (les pierres précieuses) sont retenus, l’eau et la terre retourne dans le bassin, à la fin de la journée un deuxième tri manuel est effectué.
   Le sac du GIA a dû être amené par Vincent Pardieu lors d’une visite, il nous a été bien utile pour nous faire comprendre en désignant des pierres !

Les mines de la région ont produit du rubis et du saphir en quantité mais il semble que le gros de la production depuis quelques années soit du saphir jaune, du saphir noir étoilé, et un peu de grenat.

  
Les mines ont mauvaise presse, pour une grande majorité de gens elles sont synonymes d’exploitation humaine :

Au mieux une version ensoleillée de Germinal, au pire des enfants forcés à travailler comme des esclaves au lieu d’aller à l’école ! 

Pourtant le propriétaire et sa femme tentent juste, tout comme nous, de se faire une place au soleil.

Creuser la terre pour gagner sa vie est-il plus illégitime que d’être banquier, négociants en gemmes, ou exploitant agricole ?

Quand à la pollution des sites l’impact est bien moindre que celle des nombreux hôtels, souvent elle est uniquement visuelle, et la « beauté » de certains hôtels reste à démontrer par rapport à celle d’une mine.

Pour moi le choix est évident !

Pour en savoir plus quelques articles sur le sujet :

L’histoire de Chantaburi par Richard Hughes : http://www.ruby-sapphire.com/chanthaburi-history-of-moontown.htm

Les expéditions de Vincent Pardieu notamment à Khao Ploy Waen : http://www.fieldgemology.org/blog_byKey.php?key=Khao%20Ploy%20Waen

Un des rares sites qui traite de gemmes et de mines en Français : https://fancysapphire.wordpress.com/2009/02/23/ban-kha-cha/