Étiquettes

, , , , , , ,

La mine Sotrami au Perou

La notion d’Or Éthique est apparue en 2005 à l’initiative de l’Alliance pour l’exploitation Minière Responsable (ARM).

L’or Équitable se définit comme un or « fait main ». Cet or provient du travail d’artisans regroupés au sein d’exploitations minières artisanales, qui constituent de véritables communautés.

Cet artisanat se distingue de l’activité minière industrielle détenue par des grands groupes internationaux qui apporte très peu de revenu à l’échelle locale. Quand un artisan mineur vend son or produit « manuellement », la quasi-totalité du revenu de son activité est dépensée localement et permet d’améliorer l’activité économique locale alors que pour un grand groupe ses revenus sont réexportés sous forme de dividendes ou d’importations de consommables, de machines ou de technologies qui n’améliore en rien l’activité économique locale. De ce fait, en plus d’offrir la possibilité à ces mineurs d’exercer leur profession dans des zones rurales proches de leurs racines, l’artisanat minier permet de lutter contre la migration des populations vers les grandes métropoles et donc maintient la vie en campagne.

Contrairement aux méthodes d’orpaillage peu scrupuleuses utilisées en Guyane ou encore au Brésil, l’artisanat minier est légal, organisé et protège l’environnement.

Les technologies utilisées sont responsables d’un point de vue environnemental avec une utilisation raisonnable et responsable des réactifs tel que le cyanure et le mercure, nuisibles pour l’environnement.

Cet artisanat minier contribue donc au développement économique local et permet de lutter contre la pauvreté et d’œuvrer à la paix sociale dans ces pays.

Source : Adamence